ALTO À COURBEVOIE-LA DÉFENSE PAR IF ARCHITECTES

ALTO

COURBEVOIE-LA DEFENSE – IF ARCHITECTES

L’esprit Alto
Sandra de Lamotte
Architecte urbaniste associée IF Architectes

Une place urbaine adossée aux formes fluides du boulevard urbain de La Défense, un large parvis, une accessibilité, ALTO se dessine doucement comme une forme libre et organique dans un environnement urbain empreint de géométries fonctionnelles.

Ouverte sur une place urbaine de 2 000 m2 nouvellement créée, ALTO s’impose naturellement comme une adresse exemplaire accessible par le boulevard de Neuilly à l’entrée de La Défense. Le quartier des Saisons se connecte naturellement au tissu urbain de La Défense, brisant sa ceinture de béton qui enclavait historiquement ce territoire. Son parvis lui offre l’espace suffisant pour magnifier sa verticalité et sa singularité, et transforme ALTO en nouveau hub urbain.

ALTO se veut libre par sa forme et son identité. Architecture libérée, aux lignes courbes, la vibrance de sa façade suscite l’émotion. Ses ondulations développent une douceur respectueuse de son environnement bâti. Sa peau en écailles vibre sous les effets de lumières, mettant en valeur l’extrême sensibilité de ses formes. Un jeu cinétique de reflets anime les écailles de verres de son enveloppe au rythme de la journée, par un effet de luminance chromatique. Ce jeu rythmique de décalage attrape les tonalités des ciels changeants, évoluant sans cesse au gré de nos déplacements.

Sa fluidité se retrouve dans son plan libre, qui offre une modularité des échelles, des espaces et des lieux, à la fois généreux et générateurs d’identité. Les terrasses, un lieu hors gravité sur les derniers niveaux de l’immeuble, permettent une appropriation des espaces à ciel ouvert.

Réinventer la verticalité en regard sur l’évolution sociétale, offrir une flexibilité et une liberté d’usage à l’individu, créer un écosystème sensible et intelligent, proposer un équilibre permettant le déploiement de la vie pendant et hors du temps de travail, c’est ce qui nous a portés et motivés tout au long de la conception du projet. Concevoir une nouvelle tour, c’est surtout « rêver » une architecture nouvelle portée vers l’imaginaire, bâtir un lieu vivant doté d’un ADN qui la distinguera parmi mille.

© Illuminens

Une forme élégante et organique
Arnaud Doiteau,
Architecte associé IF Architectes

Le défi de ce projet était d’édifier sur une trop petite parcelle une tour IGH. Il fut alors envisagé de traiter les renouvellements d’air étage par étage, permettant ainsi d’éviter de créer des gaines verticales d’amenée et de rejet d’air reliées à la toiture, habituellement présentes pour ce type de construction et de gagner ainsi en surface utile. D’autant que cette disposition permettait un gain d’énergie, puisqu’il n’était plus utile de pousser l’air vers les terrasses. Il fut donc envisagé d’installer des centrales de traitement d’air à chaque étage et par demi-plateau permettant ainsi de prendre et de rejeter l’air directement en façade. Mais compte tenu des débits, les 11 cm n’étant pas suffisants et ne répondant pas aux effets de désenfumage d’un IGH, chaque partie droite du plan de la façade reçoit deux « ODS » (Ouvrants de Désenfumage de Secours), soit au total 6 par niveau. Ceux-ci se distinguent des autres écailles en ressortant davantage que les autres, sans toutefois réellement se superposer les unes aux autres, du fait de leur décalage à chaque niveau.

Géométriquement, la tour accroît son périmètre d’environ 75 cm par niveau. En plan elle n’est ni ronde ni rectangulaire, mais possède trois lignes droites, trois courbes principales et deux contre-courbes, soit huit changements de direction ! Lignes courbes et contrecourbes, effets concaves et convexes. Le nombre et/ou la taille des écailles doit donc évoluer en fonction du périmètre de l’étage qui s’agrandit au fur et à mesure de la montée. Les écailles étant fabriquées industriellement, il était inenvisageable d’avoir un trop grand éventail de gabarits. De même, chacune d’elles devait avoir une taille à raisonnable pour sa mise en œuvre. « Ce fut une prouesse de calculs mathématiques : trouver la meilleure solution pour que visuellement, rien ne se remarque ». La solution est venue d’un raisonnement par série de 5 niveaux avec création de trames intermédiaires de rattrapage. Ainsi avec 5 largeurs de 1,38 à 1,42 cm, toute la tour peut être couverte. Les 96 châssis du bas passent à 114 châssis au sommet de la tour. Générant ainsi 4 115 points d’implantations tous différents.

(…)

© Illuminens

Fiche Technique :
Maître d’ouvrage : Linkcity Île-de-France
Maître d’œuvre : IF Architectes
Phasage :
septembre 2012 : concours esquisse ;
mars 2013 : obtention du permis de construire ;
septembre 2016 : démarrage du chantier ;
juin 2019 : fin du gros œuvre ;
avril 2020 : livraison ALTO
Surface : parcelle : 700 m ; place publique nouvelle : 2 000 m.
Hauteur : 150 m (37 étages)
Certifications : HQE / Breeam Outstanding / Wired score / RSE / Well

retrouvez l’intégralité de l’article au sien du dossier MIPIM inscrit dans le daté Mars-Avril 2020