BALSAN, UNE ENTREPRISE DE SON TEMPS

HISTOIRE D’UNE MARQUE

BALSAN

 

 

Fière de ses trois siècles d’histoire, Balsan, s’impose en France et à l’international (Europe, Asie…)[1] par ses moquettes hautes en couleur destinées au tertiaire, à l’hôtellerie et à l’habitat. L’entreprise attachée au territoire berrichon valorise un design et une fabrication « Made in France »[2]  à fort potentiel créatif. Les dernières collections réalisées grâce à la technologie MBrodery – unique en Europe – laissent place au sens du détail, à un esprit « haute couture » allié à une durabilité (éco-conception, résistance des produits, 0% de déchets mis en décharge). Des arguments qui priment à l’heure où « le marché de la moquette semble bouger, où le consommateur donne la priorité à la qualité » (citation de Christophe Pouille, directeur adjoint de Balsan).

Ancienne Manufacture royale du Parc (créée en 1752), Balsan s’est reconvertie à maintes reprises pour échapper au déclin de l’industrie drapière; des uniformes des grandes administrations publiques et privées, aux habits des Poilus en drap bleu épais, aux moquettes et tapis de bain en tuft que Louis Balsan[3], introduit en 1955.

La marque aujourd’hui détenue par le groupe Belgotex International, consolide son statut de leader sur le marché français avec deux types de revêtement de sols ; le système de dalles et de lames apprécié du secteur tertiaire (Création 57 à Lyon, en Stoneage, fil Econyl) et les moquettes grande largeur privilégiées dans l’hôtellerie et l’habitat. Elle a su se démarquer dès les années 70 par son offre colorée (« Harmonie 54 » et « les Balsanes », et la valise « la France en couleur par Balsan », distribuée dans les années 80). Pour rajeunir son image, elle mise depuis quelques années sur une succession de collections à fort impact visuel, sur des collaborations prestigieuses avec le designer Philippe Stark. Ce dernier a exploité la technologie jet print pour retranscrire l’irrégularité d’une écriture à la craie au MamaShelter à Paris (TOP DESIGN 1100 – S4332, noir). Depuis, l’offre personnalisable de Balsan n’a cessé de s’étoffer. Il est désormais possible de décliner des motifs, des couleurs avec précision, dans tous les formats ; en lés de moquettes de 4 mètres de large (French Couture), en dalles (Macro Micro) et lames (Mix Up), grâce à la technologie MBrodery. Véritable Bestseller, la collection Macro Micro avec sa ligne Peak to Marble conjugue les différents points de vue sur la nature ; de près, de loin et même au microscope. Les lames et les dalles permettent d’agencer à volonté selon la tendance du Mix and Match. La technologie MBrodery que Balsan est seule à développer en Europe allie précision du rendu dans le dessin, respect de l’environnement, résistance et facilité de maintenance. Ses revêtements en fils polyamide recyclé (Econyl) teints dans la masse confèrent à la collection French Couture une excellente résistance à la décoloration ainsi qu’aux agents d’entretien les plus agressifs.

Soucieuse de se conformer aux exigences de l’époque, la marque Balsan produit un revêtement qualitatif, respectueux de l’environnement, hautement personnalisable grâce aux outils numériques qui permettent de réaliser en ligne des simulations de couleurs, de rendus, d’agencements selon les configurations souhaitées et les collections choisies. Et pour ceux qui le souhaitent, elle reste fidèle à des valeurs que sont la qualité, le savoir-faire et la proximité dans son showroom parisien dans le Marais.

 

 

[1] Aujourd’hui Balsan, 1er fabricant français, réalise un chiffre d’affaires de 75 million € pour 9 millions de m² vendus.  45% du chiffre d’affaire réalisé sur le marché export

[2] La production entièrement française se fait sur deux sites ; à Arthon pour la moquette grande largeur et Neuvy-Saint-Sépulchre pour les dalles.

[3] Louis Balsan, petit-fils du négociant en draps, Pierre Balsan qui avait rachetée la Manufacture royale en 1860

 

 

Texte : Alexia Vincent

Visuels : © Balsan

Retrouvez cet article au sein d’ArchiSTORM #91