Campus Jourdan à Paris par l’agence TVAA

Par Jean-Philippe Hugron
Photos par Takuji Shimmura

Thierry Van de Wyngaert et Véronique Feigel ont livré, en mars 2017, le nouveau campus Jourdan, face à la Cité universitaire, dans le XIVe arrondissement de la capitale. En réunissant l’École normale supérieure et la Paris School of Economics, il s’agissait de créer un pôle d’excellence à même de rivaliser avec les plus grandes institutions mondiales.

(…) Attentifs au passé et regardant avec plus ou moins de respect un ensemble représentatif des années 40, la Ville de Paris et les Architectes des Bâtiments de France tenaient à ce que la composition d’origine, celle voulue par Édouard Crevel et Germain Debré, soit respectée. Si deux des bâtiments d’origine allaient, sans émotion aucune, être détruits, le jardin, quant à lui, devait être préservé. Thierry Van de Wyngaert et Véronique Feigel ont donc imaginé une barre qui se plie, se déhanche, se surélève pour mieux s’intégrer au site. Jamais le plaisir du dessin n’a dicté au crayon son tracé. Une logique urbaine et paysagère a sans cesse présidé aux lignes d’une nouvelle construction.

Cette urbanité a conduit, côté rue, à respecter l’alignement. Côté jardin, le bâtiment gagne en complexité. Pour éviter que le site, dominé par la longue façade de l’hôpital voisin, ne soit de nouveau marqué par une trop grande radicalité, Thierry Van de Wyngaert et Véronique Feigel ont plié leur façade et l’ont brisée par un élément sculptural : un vaste escalier en spirale, une corolle de verre, de béton et d’acier. Pour assurer la transition avec les constructions basses de Germain Debré et Édouard Crevel, l’architecte a imaginé un épannelage. Une cafétéria, dans un volume circulaire, vient se démarquer de l’ensemble pour assurer une douce transition. La confrontation n’est donc jamais brutale.

Thierry Van de Wyngaert et Véronique Feigel ont également imaginé des dispositifs simples. Un axe central – la jetée des Ernests – innerve l’ensemble reliant les deux halls d’accueil de chaque école. Bibliothèque, amphithéâtre et salle de classe, pour plus d’efficience, ont été mutualisés sur quatre niveaux. De généreuses circulations, créant de belles perspectives par l’intermédiaire de cadrages opportuns sur la ville et ses monuments, desservent de nombreux bureaux. Organisés selon une trame régulière, ils peuvent à tout moment être transformés. À cette régularité se superpose le rythme de la façade. D’élégants brise-soleil, mêlant inox et bois, participent de son animation. Ces deux matériaux, dans leur vérité, se marient à la perfection et, selon leur orientation, composent des effets cinétiques sans cesse changeants. Chacun depuis son espace est en mesure de pouvoir changer l’inclinaison de ces brise-soleil afin de trouver l’atmosphère qui lui sied. Le mécanisme manuel est, à bien des égards, exemplaire. En plus de faire la part belle à une économie low-tech, il porte la trace de l’intelligence. La main de l’homme suffit à la manier. Il y a dans cette touchante simplicité un lointain écho à des dispositifs ingénieux que la modernité, par l’intermédiaire de ses plus brillants ingénieurs – Prouvé en tête – a portés. Ce lointain écho, étranger à toute mécanisation forcée, à toute coûteuse et absurde domotique, témoigne d’une grande sensibilité.

Pour conclure, en plus de donner une assise à deux institutions, l’architecture de Thierry Van de Wyngaert et Véronique Feigel apporte un mode de fonctionnement exemplaire. À travers un bâtiment unitaire savamment organisé, l’École normale supérieure et la Paris School of Economics livrent un modèle utile dont la nouvelle génération d’équipements dédiée à l’enseignement ferait bien de s’inspirer.

Maître d’ouvrage : Région Île-de-France
Direction de la recherche et de l’enseignement supérieur
Mandataire du maître d’ouvrage : SAERP
Maître d’oeuvre : TVAA Architecte mandataire (Thierry Van de Wyngaert Architectes Associés)
Artelia (bureau d’études techniques)
Evalue (économiste)
Terao (bureau d’études environnemental)
Agence Laverne (paysagiste)
Jean-Marc Weill (consultant façades)
Jean-Paul Lamoureux (consultant acoustique)
Entreprises : Dumez Île-de-France (VRD, gros oeuvre, finitions)
SPR Bâtiment et Industrie (peinture, revêtements de sols)
Blanchet – Gauthier (façades, menuiseries extérieures, métallerie)
Tunzini CVC (plomberie)
Engie Ineo Tertiaire Île-de-France (électricité)
CFA ascenseurs
Surface : 12 500 m2
Montant des travaux : 28 M€ HT

À lire :
Le Campus Jourdan,
Thierry Van de Wyngaert & Véronique
Feigel Architectes Associés.
Jean-Philippe Hugron
Édition Archibooks,
2017

 

A lire en intégralité dans archiSTORM #84 !