Tribune : La ré-architecture, une autre vision de la réhabilitation… – Denys Léger

Denys Léger
© Studio Erick Saillet

Denys Léger est Architecte DPLG et président-directeur général d’Archigroup. Avec un développement axé sur une démarche d’innovation, de veille technologique et environnementale permanente, l’agence lyonnaise intervient en réhabilitation comme en construction neuve des projets variés dans toute la France.

Adapter aux nouveaux usages en respectant le patrimoine

La société change de plus en plus vite et les usages des bâtiments doivent suivre.
(…) Le potentiel de ce marché prometteur est « tiré » par des moteurs puissants : la rénovation énergétique devient un enjeu majeur, l’adaptation de l’accessibilité devrait s’intensifier avec le vieillissement de la population…
(…) Un bâti existant peut être valorisé ou modernisé. Plutôt que de raser et de reconstruire ; il est intéressant d’intervenir dans une logique d’optimisation des consommations futures mais aussi de respect de ce qui a déjà été fait. (…)
Il est du devoir des architectes de faire une analyse juste de la qualité du patrimoine et d’assurer sa continuité en lui donnant une nouvelle image, une nouvelle vie. Il y a un travail de recherche, un historique à faire. Il faut respecter le système constructif et la personnalité de l’architecte d’origine…
Ensuite, il y a des compromis à faire avec des notions subjectives qui entrent en jeu. Quels sont les éléments représentatifs d’une époque à conserver ? Qu’est-ce qui dénature ? Qu’est-ce qui ne dénature pas ?

Ré-Architecture d’un immeuble de bureaux construit en 1974, rue du Chevaleret – Paris 13e. Reprenant le principe modulaire et la répétition du relief géométrique complexe, le bâtiment conserve l’esprit originel voulu par son créateur.
© Thierry Favatier, Raoul Dobremel

 

Une volonté de réinventer
Nous utilisons le mot « ré-architecture » parce que nous estimons que la démarche est très différente de la réhabilitation, de la restructuration ou de la rénovation. (…)
Autrefois, sur un projet de réhabilitation on pensait « refaire à neuf » en changeant les matériaux : revêtements de sols, peintures, plafonds, équipements techniques… (…)
Alors que la rénovation et la réhabilitation se limitent à une remise aux normes techniques et esthétiques ; la ré-architecture réinvente l’usage d’un bâtiment tout en effectuant ces mises aux normes nécessaires. On s’interroge de façon plus globale en intégrant cette notion de requalification architecturale.
Il s’agit de réinventer une nouvelle vie au bâti par la transformation, l’adaptation, la réorganisation des espaces, la modification ou l’amélioration de l’image, les évolutions techniques et réglementaires… (…)

La ré-architecture : quel rôle pour l’architecte ?
(…) Cet exercice demande plus de modestie et une grande capacité d’adaptation car la méthodologie oblige à partir d’une analyse poussée du bâti et à intégrer immédiatement la technique et les coûts pour que l’exercice soit juste. (…)
Une grande maîtrise de la phase de réalisation et de la conduite du chantier de réhabilitation est également requise. (…)
Nous avons livré en janvier dernier un bâtiment de 23 000 m² de surfaces de bureaux à Paris intramuros. Les façades d’origine, très « seventies » avec leur céramique orange brillante, ne pouvaient être conservées pour cause de présence d’amiante… Fallait-il faire perdurer cette architecture très « baroque » mais néanmoins représentative d’une époque ou effacer complètement cette ancienne image au profit d’une nouvelle identité contemporaine ?
Nous avons finalement choisi – de concert avec la Commission du Vieux Paris – de réinterpréter cette façade dans un matériau contemporain aux reflets métalliques dans le respect de l’esprit originel et en conservant toute la force de l’œuvre de Maurice Novarina. (…)
Aussi, il nous parait important de reconsidérer le bâti conçu dans les années 70. Jusqu’alors, nous n’avions sans doute pas encore le recul et le respect nécessaire pour apprécier ses qualités architecturales à redécouvrir, à magnifier et… à adapter aux usages d’aujourd’hui !

Retrouver l’intégralité de l’article au sein d’ArchiSTORM #80