SIÈGE DU TIGF À PAU 360°

RÉALISATION

360° ARCHITECTURE

 

La Société TIGF (Transport et Infrastructures Gaz France), ancienne filiale du groupe Total, a aménagé en 2015 dans son nouveau siège social situé dans la zone d’activités Europa, en périphérie de Pau, une réalisation lauréate du prix AMO 2016 « Lieu de travail ». La volonté de regrouper des services qui étaient disséminés jusque-là dans l’agglomération et de donner une image forte de l’entreprise est symbolisée par la forme en anneau projetée par l’agence toulousaine 360.

Coupes

L’esprit du lieu
Le site se caractérise d’une part par son horizontalité et d’autre part par deux espaces paysagers distincts : un champ agricole et les vestiges d’une forêt séparés par une ligne de partage. Dès le départ, les architectes ont été marqués par ce bout de nature qui perdurait. En raison de l’implantation de parkings, ils n’ont pu le conserver. Alors, ce morceau de paysage a été restitué artificiellement au centre du bâtiment, en l’inscrivant dans un cercle de 75 m de diamètre. Ils ont créé ce parc paysager à la topographie accentuée dans l’esprit d’un arboretum pyrénéen : chênes, châtaigniers, érables, frênes, noisetiers, sorbiers et merisiers, plantes de sous-bois, de manière à former un biotope.
Par ailleurs, le site se définissait par deux éléments forts : les infrastructures environnantes (autoroute et grands boulevards) et, en arrière-plan, la chaîne des Pyrénées. Les architectes en ont tenu compte. Mieux, ils leur ont fait écho. En effet, le bâtiment, de par sa forme circulaire et la modénature de sa façade, est conçu pour être appréhendé à l’échelle non pas du piéton mais de l’automobiliste : « Nous avons cherché un effet cinétique, un effet d’enroulement », précisera Laurent Gaudu, l’architecte.

La figure du cercle
Outre que le bâtiment, un anneau de 100 m de diamètre, permet par sa forme de répondre à l’échelle des infrastructures environnantes, il évite l’accumulation et la répétition des constructions existantes : des successions de bâtiments industriels parallélépipédiques qui ne suivent aucune ligne de force urbaine. L’expression formelle en couronne est renforcée par sa position légèrement surélevée de 1 m au-dessus du terrain naturel. Le bâtiment R+2 vient se poser à l’intérieur d’une forme creusée à 2 m de profondeur qui abrite des parkings semi-enterrés. (…)
La continuité des plateaux générée par le principe du cercle découle des exigences de départ. Chaque service communique avec au moins une cage d’escalier. Les 400 employés occupent des bureaux classiques, cloisonnés, et peuvent se réunir dans des espaces de travail informels qui s’intercalent. Au rez-de-chaussée, au niveau du jardin, une galerie couverte relie les différents halls d’accès aux étages. Elle est connectée au restaurant, à l’auditorium et aux salles de formation.

Le contraste des matériaux
Répondant aux contraintes sismiques, le bâtiment a été conçu comme un ouvrage d’art. La structure en béton qui repose sur un radier se compose de poteaux et de planchers précontraints en post-tension. Les espaces servants fonctionnent comme des colonnes creuses dans lesquelles se développent les circulations verticales ouvertes sur le jardin ou des colonnes fermées qui intègrent les gaines (fluides et chauffage) et sanitaires.
Mais le matériau emblématique du projet reste celui de son enveloppe, un habillage constitué de lames thermolaquées couleur champagne en tôle de métal perforé. Celles-ci sont fixes et, en termes d’orientation et d’écartement, obéissent aux exigences bioclimatiques. Selon leur position, elles protègent de la surchauffe solaire en été et laissent pénétrer le soleil l’hiver. (…)

 

 

 

Fiche technique

Maître d’ouvrage : TIGF
Maître d’œuvre : 360 architecture (mandataire)
Bureaux d’études :
Terrell (structure et enveloppe)
Technisphère (fluides)
IDTEC (VRD et paysage)
Gamba (acoustique)
MB2 Conseil (ergonomie)
Entreprise générale : MAS (Pau)
Surface : 9 770 m2
Coût : 19 320 000 HT

 

 

 

 

Texte : Emmanuelle Graffin
Visuels : © Kevin Dolmaire

Retrouvez l’intégralité de l’article au sein d’archiSTORM #83!