HORS SERIE : LOBJOY & BOUVIER & BOISSEAU

EXTRAIT

Hors Série Archistorm sur Lobjoy & Bouvier & Boisseau

INTEMPORELLE ET NON-CONFORMISTE

LBB se construit patiemment depuis un certain temps déjà : « L’expérience accumulée pendant ces trente années d’activité intense mérite d’être partagée », soulignent les quatre associés de cette agence hors cadre qui prend aujourd’hui le temps de s’interroger et de s’affirmer à la fois. Plus si jeune mais pas si vieux, c’est le moment de prendre un peu de recul et c’est peut-être aussi la décennie où la famille LBB se remet en question et se réinvente.
À cette occasion, elle s’offre le temps d’examiner la singularité de son parcours sur la scène architecturale française, de réaffirmer ses convictions à la lumière du chemin parcouru. L’heure est aux questionnements sur les nouvelles orientations d’une production dont les concepts fondateurs sont ici décryptés. Des constantes naturellement, mais aussi des valeurs partagées dans une agence qui dessine avant tout une architecture généreuse, « pour les autres, en essayant de donner le meilleur de nous-mêmes » et souligne la nécessité de réfléchir aux réponses à apporter face aux bouleversements climatiques et sociaux qui s’imposent à tous dès maintenant : « Comment l’architecture peut-elle composer avec le cataclysme annoncé ? »

Non-conformiste et particulièrement sensibilisée aux problématiques écologiques, LBB est une start-up avant l’heure, qui cultive optimisme et générosité dans une vision humaniste de l’entreprise. Cet ouvrage invite le lecteur à découvrir son univers conceptuel et construit qui revendique, avec élégance, sa part sensible voire sensuelle. Décryptage d’une architecture inspirée par le sens du contexte mais aussi d’une culture d’entreprise développant, avec confiance, son rôle à jouer dans l’émergence d’une nouvelle société planétaire, urbaine et écologique

(…)

CONTINUUM
« CONSTRUCTEURS / RÉHABILITATEURS »

LBB fait partie de ces concepteurs dont la cohérence globale est à comprendre de ses œuvres, de la plus secrète à la plus marquante. Le tableau qui se dessine ne ment pas : les architectes LBB sont autant des constructeurs que des « réhabilitateurs ». Chantier après chantier, cette disposition à « faire avec le déjà-là » s’est progressivement affirmée.
Recherchant la pérennité de ses interventions, LBB se penche attentivement sur l’évolution des villes, sur les besoins changeants des utilisateurs et sur les réponses environnementales à inventer. À cette approche attentive s’ajoute le principe d’une intervention graduée qui s’échelonne de la réhabilitation légère à la reconversion globale, de l’intervention qui va tenir 30 ans, à celle qui va repousser la réhabilitation lourde d’une décennie. Si LBB est allée jusqu’à nommer « Bureau Therapy © » ce type de rénovation légère, cela ne l’empêche pas de proposer aussi des modifications radicales, inscrites dans leur temps et conçues pour durer.
Ces réponses ajustées reposent sur une observation attentive de l’évolution des modes de vie et de travail, et du métabolisme changeant des lieux. Chaque réaménagement traduit des évolutions sociétales. Aujourd’hui, l’espace individuel se contracte et les espaces d’échanges et de partages se multiplient. Les bâtiments s’ouvrent davantage sur la ville, deviennent mixtes et poreux, le végétal doit prendre une place plus importante au sein du bâti et participer pleinement à l’architecture. Les reconversions d’immeubles ne peuvent plus ignorer cette tendance.
Au fil des projets de l’agence se dessine une approche tout à la fois générique et hyper-contextuelle. Générique dans sa façon de revisiter ses propres fondamentaux (l’abstraction, la lumière et l’environnement), et hyper-contextuelle, dans celle d’ériger les contextes géopolitiques, bâtis et humains, en facteurs déterminants. Plus largement se dessine une pratique qui préfère une approche sensible au geste brutal, l’action ajustée à la gesticulation, le principe de corriger l’obsolescence du passé à celui de la table rase.
Ces « réhabilitateurs » seraient donc des bâtisseurs qui reconvertissent par conviction et par plaisir, s’inscrivant dans le temps long, sans pour autant renier le travail d’un autre. Ceux pour qui le geste juste consiste à transmettre, ouvrir et transformer une situation existante pour la conformer à la réalité d’un monde en devenir. Considérés dans leur nombre et leur diversité, les ensembles construits par l’agence pourraient former une ville sensible, une ville qu’il n’a pas fallu démolir, juste corriger, pour fonctionner au plus près des besoins de ceux qui les occupent. Très loin de la tendance du green washing ambiant, c’est plutôt là que, pour l’agence, se situe la ville durable.

(…)

HYPERCONTEXTE
« INVENTEURS »

Fins observateurs des métropoles et des paysages, les architectes de l’agence LBB développent un sens profond du contexte dans leurs constructions. Ancrer un bâtiment dans une réalité contextuelle révélée, est pour eux une évidence qui génère du sens et fait émerger un lieu.
À Montévrain, dans le périmètre de Marne-la-Vallée, cette capacité à façonner un lieu, et à générer du contexte, apparaît clairement. LBB y a conçu deux îlots denses, mixtes, qui incarnent leur idée de ville intense, ouverte et humaine. Cet ensemble urbain et piétonnier, structurellement lié aux transports en commun, se démarque de l’environnement construit qui l’entoure. Rompant avec les modèles dominants, LBB organise la mixité habitat /commerces / bureaux autour d’une place publique et de deux coeurs d’îlots ouverts où le végétal joue un rôle principal. Le résultat ne se fait pas attendre. Cet ensemble forme une micro-centralité, urbaine et dynamique que les habitants ont immédiatement adoptée.
Dans un autre projet, à Clichy, là encore des commerces, des bureaux et des logements sont assemblés pour créer un quartier animé et dense comme peuvent l’être les morceaux de ville où les usages se sont superposés, décennie après décennie. LBB a compris que la qualité urbaine n’est pas tant une affaire de variation formelle, que de diversité structurelle. L’emboîtement des usages les uns dans les autres reste lisible afin de laisser émerger des situations complexes. À cette volonté de ne pas lisser la composition s’ajoute le choix de distinguer, au sein d’un même programme, des typologies différentes. Les niveaux bas forment un socle actif relié à la rue, alors que les parties hautes, ouvertes sur les perspectives lointaines, se dégagent en prenant de la hauteur. À une autre échelle, pour le bâtiment du 164 Peretti à Neuilly-sur-Seine, révéler le contexte c’est mettre en scène le bâtiment dans la ville, l’ouvrir vers le Skyline de La Défense, sans oublier de l’ancrer dans le quartier presque villageois où il est implanté.
« Faire ville » c’est donc constituer des ensembles qui ne cherchent ni à forcer l’homogénéité, ni à plaquer une diversité purement arbitraire mais qui assemblent fonctions et usages organiquement reliés à un contexte. C’est dans cette approche globale des volumes, des textures et du végétal, que LBB crée des « Concept Buildings » qui incarnent de nouveaux modes de vie, de nouvelles solidarités et un imaginaire sensible assumé. Poursuivant une pratique de « créateurs de contexte », les architectes de LBB s’attachent aux transitions : de l’ancien au nouveau, du dedans au dehors, du macro au micro, autant d’expériences spatiales et sensorielles entre architecture et design offertes aux usagers.

(…)

quelques projets et réalisations de l’agence :


Parking des jardins de l’Ars, Bordeaux

Le Hors série dédié à l’agence LBB, est disponible en kiosques !