Versailles : Architectures rêvées

ART & ARCHI

La tentation d’un art total ? 

Versailles. Architectures rêvées. 1660-1815

3 mai – 3 août 2019, Galerie de Pierre Haute, Aile Nord

À l’occasion de la Biennale d’architecture et de paysage de la région Île-de-France qui aura lieu à Versailles du 3 mai au 13 juillet, l’exposition Versailles. Architectures rêvées. 1660-1815 offre un regard singulier sur un des monuments historiques français les plus connus.

 

Comment aurait pu être la demeure royale ? Voilà la question à laquelle la commissaire Élisabeth Maisonnier répond avec cette exposition de documents originaux. Grâce à la sélection d’un ensemble inédit d’archives provenant des collections du château de Versailles et d’autres institutions (françaises et étrangères), environ cent vingt dessins rarement sortis des réserves nous guident dans l’appréhension d’une histoire architecturale qui tient presque du conte.

L’exposition s’étale chronologiquement sur trois siècles de fantasmes architecturaux du bâti royal : de l’installation de Louis XIV à Versailles à la transformation définitive du palais en musée par Louis-Philippe en 1837, on découvre une multitude de projets abandonnés. En s’appuyant sur les dates de cette large période, l’exposition retrace — preuves à l’appui — les velléités des architectes qui gravitaient autour de la cour des rois : dessins, plans et élévations d’architecture, projets plus généraux… Tous témoignent des nombreux remaniements projetés, mais toujours avortés.

À l’origine de ces propositions, plusieurs explications : l’accessibilité, le confort ou un besoin d’adaptation à de nouveaux usages. Aussi, la fluctuation du goût et de la mode sont les moteurs principaux de la conception de certains projets chimériques. Une grande partie des œuvres présentées concernent la façade coté ville ; peut-être le pan de l’édifice qui eut le moins la côte. Ainsi, de nombreux architectes ont soumis des propositions de restructuration, souvent sur concours, à l’initiative du roi. En 1780 par exemple, Louis XVI lance le Grand Projet de reconstruction du Château de Versailles ; un concours qui vise à repenser le bâtiment. Plusieurs architectes répondront à cet appel avec des propositions toutes plus grandiloquentes les unes que les autres. Certains projets frôlent de très près les dessins de bâtiments imaginaires, parfois fantastiques et ultra symboliques de Jean-Jacques Lequeu (XVIIIème siècle) dans son recueil Architecture Civile. Dans une aquarelle de presque un mètre de long, on découvre l’hallucinante réponse de l’architecte Marie-Joseph Peyre. Flanquée de colonnades de part et d’autre, l’entrée du château de Versailles prend des allures de Saint-Pierre de Rome. De son coté, Jean-François Heurtier aurait bien ajouté de grandes colonnes rostrales et délivre une vue qui surprend par son romantisme.

Versailles. Architectures rêvées. 1660-1815 est une belle histoire d’échecs. Elle redore le blason des ingénieurs-architectes de la cour et les documents que nous scrutons avec émerveillement parlent de leurs talents inachevés. Comme les stratifications d’une fouille archéologique, l’exposition réhabilite donc l’histoire architecturale d’un lieu de grandiloquence que nous pensions connaître dans ses moindres recoins.

 

Projet pour la reconstruction du château de Versailles fait par ordre du roi en 1785. Plan général.

Texte : Camille Tallent
Visuel à la une : Démolition du pavillon de la vieille aile sur les cours d’honneur du château de Versailles

 

Retrouvez l’article “Art & Archi” de Camille Tallent au sein du numéro 96 du magazine Archistorm, daté mai – juin 2019 !