ART ET ARCHITECTURE I LE VOYAGE À NANTES, 10e EDITION

ART ET ARCHITECTURE

LE VOYAGE À NANTES
10e édition, du 3 juillet au 12 septembre 2021

Quoi de mieux, en ces temps de pandémie où les espaces clos se trouvent condamnés, qu’un parcours dans la ville ? Pour sa dixième édition, Le Voyage à Nantes pense un nouveau circuit ponctué d’œuvres et d’installations dans la ville. À découvrir du 3 juillet au 12 septembre 2021.

Né de l’initiative de Nantes Métropole et dirigé par Jean Blaise, Le Voyage à Nantes déroule depuis 2012 un parcours culturel pendant l’été. Neuf lieux et autant de propositions artistiques sont offerts aux yeux des visiteurs qui peuvent librement et gratuitement déambuler à la rencontre d’univers variés. La carte des invités présente autant des artistes contemporains que des agences d’architectes (sur la place Graslin) ou des parfumeurs (au Château des ducs de Bretagne). Très ancrées dans l’architecture et l’urbanisme de la ville, toutes les installations sont, chacune à sa manière, immersives ou surprenantes. Véritable dialogue avec les monuments et le territoire, l’événement a également aménagé un parcours pérenne réactivé à chaque édition, par l’association d’une œuvre d’un grand artiste à un bâtiment ou un paysage. Long de 120 kilomètres, le parcours Estuaire est donc visible toute l’année et nous amène, en 2021, devant un monumental triptyque de sculptures de Dewar et Gicquel installé à Saint-Nazaire, Le Pied, le pull-over et le système digestif.

Amelie Bertrand, Le va-et-vient des pierres électriques, esquisse, 2021

En extérieur, le projet Playground 2021 de l’agence nantaise Titan fait de la place Graslin un espace qui conjugue sport et convivialité. Le trio d’architectes s’amuse du jeu d’inclinaison de la place et de l’architecture du théâtre datant du XVIIIe siècle en installant un track (terrain en forme d’anneau de course) de roller derby sur lequel promeneurs et sportifs peuvent concourir en patins à roulettes.

À cheval entre l’espace clos et le ciel ouvert, les drapés de l’artiste allemande Ulla von Brandenburg flottent au sein de l’un des quartiers les plus anciens de Nantes, le passage Sainte-Croix. L’œuvre, Ombres bleues et jaunes, tient son titre de la vidéo du même nom, sa dernière production. Connue notamment pour la scénographie de ses installations présentées au Palais de Tokyo en 2020, Ulla von Brandenburg investit le passage dans toutes ses dimensions, en utilisant le textile et la vidéo. Ombres bleues et jaunes est présentée sur une estrade parcourue de tissus de couleur, sur lesquels le visiteur est invité à s’allonger pour regarder le film. L’artiste y présente trois personnages revêtus de couleur s’animant en musique au cours d’une fête qui pourrait être une allégorie contemporaine du Déjeuner sur l’herbe de Manet.

Ulla von Brandenburg, The Flying land, Jut Art Museum, Tapei, 2018 © Lu Guo Way

Reflet de cette déambulation artistique, l’œuvre d’Amélie Bertrand se déplace au rythme des tramways des lignes 1 et 2. Le va-et-vient des pierres électriques est un camouflage de couleurs pop chères à l’artiste. Sur les tramways, elle étale un registre de motifs extraits d’une utopie fictionnelle dans laquelle on retrouve du grillage, de la pierre, des briques, du dallage, de la palissade, du feuillage, etc.

Aux stalkers[1] que nous sommes tous à notre façon, Le Voyage à Nantes suggère un nouveau regard sur le territoire et la ville, grâce à une multitude de découvertes aussi animées qu’originales.

[1]. Stalker est un laboratoire d’art urbain, créé en 1951, à Rome, qui a mis en place l’Observatoire nomade réunissant divers artistes et architectes. Ils ont pour but de redécouvrir, définir et comprendre les marges et les friches des métropoles contemporaines. Ils arpentent donc de grandes villes (Berlin, Paris, Istanbul, Milan, etc.), tels des cartographes. Leur processus implique autant le corps par la marche que l’esprit par la mémoire et la perception des lieux traversés. Source : Wikipédia.

Texte Camille Talent
Visuel à la une Amelie Bertrand, Fully Flared, 2019

Retrouvez l’article sur Voyage à Nantes au sein d’Archistorm daté juillet – aout 2021