Tribune : Pour une architecture d’acclimatation – Nicolas Laisné et Dimitri Roussel

L’ensemble des projets de l’agence Laisné Roussel est à l’image de ses collaborateurs : international et pluridisciplinaire. Construisant sur une grande variété d’échelles et de programmes, son style avant-gardiste porte avant tout attention au contexte et aux usagers.

(…) L’avenir de nos villes se résume en un mot : innovation. L’innovation au sens large, dans toutes ses manifestations : architecturale, constructive, urbanistique, mais aussi méthodique, contractuelle. Cette innovation multiforme est au coeur de l’attitude positive qu’il semble préférable d’adopter face aux contextes, aux clients, aux contraintes programmatiques et budgétaires, pour créer une alchimie vertueuse entre  l’architecte et ses partenaires, entre l’affirmation esthétique de ses productions et son environnement.

Canopia, projet de tour en bois, Bordeaux

Construire en bois
(…)  Notre agence s’est très tôt positionnée dans cette filière aussi innovante qu’ancienne, dont nous avons à coeur de soutenir le développement local. L’expérience acquise à Bordeaux, à travers (…) la conception de Canopia (laisné roussel, Sou Fujimoto Architects, 2016) – un projet de tour en bois de 16 étages inédit en Europe –, prolongée actuellement par l’élaboration à Nanterre du plus grand campus européen de bureaux en bois (laisné roussel, François Leclerc, 2016), nous confirment dans l’idée que le bois est un mode constructif d’avenir, non seulement pour ses vertus écologiques et économiques, mais aussi parce qu’il permet à l’architecte de se réapproprier ses bâtiments en retrouvant la maîtrise du matériau et du dessin.

Nice Méridia, bâtiment de bureaux avec terrasses, Nice

Habiter le ciel
(…) Une tour doit faire sens avec sa situation : s’adapter au climat – en en tirant tout le profit possible –, s’assurer de sa proximité avec les polarités de circulation,  jouer des vues et des perspectives, prendre appui sur le paysage et l’urbanisme existants. (…) À l’image de L’Arbre Blanc (laisné roussel, Sou Fujimoto, OXO Architectes, 2014), en cours de construction à Montpellier, ou du projet plus linéaire d’Huningue, près de Bâle (2016), la tour elle aussi peut se revendiquer de l’architecture atmosphérique développée par l’agence depuis plusieurs années. (…) Habiter le ciel ne doit pas vouloir dire être isolé, enfermé, résider hors sol : les solutions architecturales, constructives et paysagères existent aujourd’hui pour aller au-delà des « bouteilles thermos », ces tours aux façades ultra-techniques et monotones, pour épaissir les peaux, leur donner de l’humanité, de l’usage. (…)

Travailler autrement
Trop souvent encore, les bâtiments de bureaux se réduisent à des boîtes austères dont, au mieux, on cisèle la façade et on colorie les intérieurs. (…) Notre projet de campus à Nanterre reprend cette inversion de l’organisation traditionnelle du bâtiment de bureaux, pour offrir aux usagers un écrin végétal et climatique. (…) Car si les espaces de travail se transforment, leurs frontières se brouillent aussi : ils ne sont plus circonscrits à l’immeuble de bureaux ou d’études mais s’immiscent dans les bâtiments de logement, où se développent les espaces de partage, de coworking : FabLabs, coopératives… Dans tous ces lieux centraux de la vie contemporaine, c’est une culture du vivre-ensemble que l’architecture doit avoir l’ambition de favoriser : innover toujours plus afin de créer un monde commun de voisins, de collègues, d’usagers, où l’intimité se mêle harmonieusement à la vie en collectivité.

 

Retrouver l’intégralité de l’article au sein d’ArchiSTORM #81
Visuel d’illustration ;
Nicolas Laisné et Dimitri Roussel, architectes associés