CENTRE DES CONGRÈS ET PARC D’EXPOSITIONS DU CARRÉ DES DOCKS AU HAVRE

RÉALISATION

RICHEZ_ASSOCIÉS / THOMAS RICHEZ + PAUL ANDREU ARCHITECTE PARIS

 

Venir s’insérer dans une ancienne halle portuaire et y greffer un édifice neuf nécessite la prise en compte du site et de ses contraintes, tout en y apportant de nouvelles fonctions et une vision d’ensemble indispensables. Aussi, les architectes Thomas Richez et Paul Andreu ont opéré avec finesse cette reconversion en créant des liaisons fortes avec le tissu urbain existant.

Quelques rappels historiques s’imposent pour mieux appréhender le contexte. Si dès 1815, Le Havre (Seine-Maritime) était devenu le premier port français de commerce des denrées tropicales (café, coton, épices, bois, etc.), il va connaître, en 1846, un nouveau type de construction, les Docks, jusqu’alors inconnu des français. Edifiés autour d’un bassin, selon le modèle anglais, ils ont logé durant un siècle et demi les marchandises qui firent la réputation du commerce havrais. En 1937, Le Havre faisait encore figure de plaque tournante du négoce du café, avec un transit atteignant 80% des importations de l’Hexagone. Mais le commerce délaissera progressivement les Docks pour s’installer sur d’autres sites. Longtemps abandonnés, les bâtiments des Docks renaissent dans les années 1990, sous la forme de divers projets de réhabilitation. En 2009, les architectes Reichen et Robert mènent la reconversion des anciens entrepôts douaniers du port en un pôle de commerce et de loisirs Les Docks Vauban qui longent les bassins Vauban et Paul Vatine, et les quais Frissart et des Antilles. En résonance avec ce centre commercial et en continuité du complexe aquatique des Bains des Docks, réalisé en 2008 par l’architecte Jean Nouvel, la nouvelle opération du Carré des Docks prend place sur le quai de la Réunion. Inauguré le 12 décembre 2016, ce projet de réhabilitation-reconstruction d’envergure a été conduit par les architectes Thomas Richez et Paul Andreu.

 

Insertion en douceur

« L’aménagement des Docks Café, entre le bassin Paul Vatine et le quartier Saint-Nicolas, en un centre de congrès et d’exposition est donc à la fois un sujet d’architecture et un sujet urbain », expliquent les architectes. Ils ajoutent qu’« il s’agit de compléter et d’améliorer un dispositif urbain existant ». L’objectif premier de cette reconfiguration est d’inscrire cette « pièce urbaine nouvelle » dans la ville du Havre, en créant du lien avec le centre-ville et les quartiers alentour. Le programme porte sur la restructuration des trois immenses nefs existantes (295 m de long) des Docks Café en un parc d’exposition qui s’étend sur dix trames de 14 m conservées à l’est de l’édifice. Son extrémité (56 m de long), restée proche de son état existant et ne faisant pas partie du projet, a été investie par l’enseigne de sport Décathlon Le Havre-Les Docks (2 500 m²). Alors que les deux trames préservées à l’ouest abritent les salles de réception et de commission, les bureaux et les espaces servants reliés au centre de congrès (14 000 m²), lequel se glisse entre ces deux entités, à la place de quatre travées démolies et au cœur d’un nouveau bâtiment. Ce dernier, formé d’un ample volume parallélépipédique de 21 m de haut, 41,80 m de large et 71,88 m de long, recèle le centre de congrès, dont l’accès implanté au nord ouvre sur un hall d’accueil généreux qui dessert deux grandes salles, à l’aide de quatre escaliers distincts. Deux d’entre eux permettent d’accéder au Carré 2 100, une salle de congrès-spectacles qui, orientée au sud, peut accueillir entre 400 et 2 100 personnes.

 

Plan du rez-de-chaussée. L’opération compte trois entités : l’aile réhabilitée (à gauche) reliée au centre des congrès créé (au centre) qui jouxte le parc d’expositions (à droite) glissé sous les nerfs existantes. ©Richez-Andreu architectes

 

Feuille technique 

Maître d’ouvrage :  SPL des Docks, instituée entre la Ville du Havre et la Codah (Communauté de l’agglomération havraise).

Maître d’œuvre :  Richez_Associés + Paul Andreu architecte Paris

Entreprises :  Spie Batignolles Nord, dUCKS sceno, Kahle Acoustics, SNC Lavalin, T/E/S/S/, Franck Boutté Consultants, Sodecset

Surface :  20 650 m²

Coût :  28,5 M €

 

Texte : Carol Maillard

Visuel à la une : © Georges de Kinder

Retrouvez l’intégralité de cet article au sein d’ArchiSTORM #88