La Métropole du Grand Paris continue de s’inventer

 

ARCHITECTURE 3.0

DIGITAL, MULTIMÉDIA, VIRTUEL AU SERVICE DE L’ARCHITECTURE ET DE L’URBANISME

 

Lancé au printemps dernier sous la direction de Patrick Ollier, Président de la Métropole du Grand Paris, l’appel à projets autour d’initiatives urbaines et économiques innovantes visant à « Inventer la Métropole du Grand Paris », la plus grande consultation internationale d’aménagement et d’urbanisme jamais effectuée en Europe, a rendu son verdict cet automne. Retour sur les grandes lignes des projets retenus et coup de projecteur sur quelques enjeux majeurs.

 

Fin octobre, la consultation « Inventons La Métropole du Grand Paris » a dévoilé 51 projets d’aménagement retenus, pour autant de sites répartis à l’échelle francilienne. Son ambition : la transformation du territoire en dépit des contraintes urbaines et en fonction de grand principes portant sur l’attente des habitants et les nouveaux aménagements de transports. Un enjeu de renouvellement urbain représentant 7,2 milliards d’investissements privés, des dizaines de milliers d’emplois pendant – et bien entendu après – une phase de chantier prévue sur sept ans et portant sur 867 000 mètres carrés de nouveaux bâtiments d’activités économiques répondant à des critères d’innovation avancés (environnement, fonctionnalité, bien-être, etc.) ; mais aussi des habitations (plus de 14 000 nouveaux logements), des équipements touristiques, culturels et sportifs, des espaces verts et des nouveaux quartiers de gare, puisque l’articulation avec le projet de Grand Paris Express est effectif pour un tiers des sites.

Sur un plan architectural, les différentes approches (quartiers de gare, sites patrimoniaux, cœur de ville, friches urbaines) permettent le déploiement d’une large palette de savoir-faire techniques et d’innovations architecturales pour aboutir à des projets sur-mesure. Le concours a ainsi autant attiré de jeunes agences françaises (Encore Heureux, Muoto, Des clics et des calques, Maud Caubet architectes, etc.) que des grands noms de l’architecture internationale (Dominique Perrault, Kengo Kuma, Rogers Stirk Habour & Partners, Castro Denissof Associés, ANMA Nicolas Michelin & Associés, Stefano Boeri, Sou Fujimoto, OMA, Shigeru Ban, Snøhetta, MVRDV, Studio Gang, etc.).

Quartier Les Lumières Pleyel à Saint-Denis. Architectes : Snøhetta, architecte principal et paysagiste, associée à l’agence Baumschlager Eberle Architekten, architecte du bâtiment pont, et les agences Chaix & Morel et Associés, Ateliers 2/3/4/, Mars Architectes, Maud Caubet Architectes et Moreau Kusunoki ©D.R.

 

La culture en fer de lance

La présence de sites patrimoniaux tels que La Maison du Peuple à Clichy-la-Garenne, ou de sites industriels tels que le site Babcock à La Courneuve, promettent des réalisations architecturales remarquables. Sur ce dernier, la culture et la création voient s’associer différents partenaires – Dominique Perrault, Encore Heureux, le paysagiste Après la Pluie, Quai 36 et l’incubateur Intencity – pour le projet La Fabrique des Cultures : l’émergence d’un nouveau quartier réunissant habitants et nouveaux acteurs économiques locaux, notamment autour d’un Pôle Image Augmentée ; mais aussi nouvelles pratiques sportives avec la mutualisation des espaces comme dans le projet de Halles des cultures urbaines.

Dans la même logique d’hybridation, le quartier Les Lumières Pleyel à Saint-Denis, a vocation à devenir une nouvelle centralité de la Métropole du Grand Paris. Dès 2023, il accueillera la gare Saint-Denis-Pleyel – un nœud de correspondances entre les lignes 14, 15, 16 et 17 du Grand Paris Express, la ligne 13 du métro parisien et les lignes D et H du réseau Transilien – et offrira pas moins de 13 100 m² dédiés à la culture, au sport et aux commerces. Y sont notamment prévus des commandes artistiques pérennes et semi-pérennes ainsi qu’une programmation culturelle mettant en scène les différents bâtiments du site, notamment via des créations lumineuses. La direction artistique et culturelle du lieu sera conduite par Manifesto, créateur de projets, et le CentQuatre.

Biodiversité et participation citoyenne

Parmi les autres principes innovants, positionnement bioclimatique, économie circulaire et participation citoyenne auront droit de cité sur plusieurs sites. Sur la ZAC de L’Horloge à Romainville, le projet Le Lab21 vise le zéro carbone, zéro déchet et zéro énergie fossile/fissile grâce à différentes actions conjointes (végétalisation du site et du bâtiment, utilisation de matériaux biosourcés et de techniques de construction respectueuses et modulables, mise en place d’une charte des usagers, etc.). Sur le site Thiais-Orly Pont de Rungis, à proximité de l’aéroport d’Orly, la mise en place d’une participation citoyenne novatrice sera mise en place dans le projet Faubourg Métropolitain puisque des ateliers ludiques « aménageurs » et « promoteurs » permettront aux habitants d’initier certains choix, avec fonds de participation à l’appui.

Plus d’informations : www.inventonslametropoledugrandparis.fr

Lire : Inventons la métropole du Grand Paris, édition du Pavillon de l’Arsenal, 2017.
Perspectives, plans, coupes, photos et textes, l’ouvrage présente en détail les projets des 153 équipes finalistes de la consultation internationale.

 

Texte : Laurent Catala

Visuel à la une : Lauréat Clichy La Garenne, La Maison du Peuple. Architecte : Rudy Ricciotti ©apur

Retrouvez cet article au sein d’ArchiSTORM #89