CENTRE DE FORMATION DES APPRENTIS A MONT-DE-MARSAN

RÉALISATION

HESSAMFAR ET VÉRONS

 

Marjan Hessamfar et Joe Vérons s’étaient distingués avec l’Ecole maternelle Jean-Jaurès de Cenon (33), Prix de la première oeuvre de l’Équerre d’argent en 2008. Continuant sur sa belle lancée, l’agence bordelaise vient de livrer un Centre d’accueil d’urgence, Porte des Lilas à Paris, et ce Centre de Formation des Apprentis à Mont-de-Marsan (40), tous deux remarquablement maîtrisés.

 

Par les temps qui courent, ce projet est un bol d’air frais. Faisant preuve d’une bonne digestion des concessions multiples liées aux réglementations, normes et autres contraintes, exempt de tous les tics du moment, il se concentre sur ce qu’il doit être : un bâtiment « au service des usagers », « intégré dans son contexte ». Grâce à l’intelligence du parti, à la rigueur du dessin et à la maîtrise de la réalisation, il démontre que ces expressions, si galvaudées par leur emploi systématique ne sont pas des vains mots. Et l’on est tout prêt à croire les propos à peine exagérés du concierge, rencontré par hasard en ce début juillet, qui le qualifie spontanément, oui spontanément, de « bâtiment Prozac » tout simplement parce qu’il est agréable de travailler en son sein, se faisant l’écho des 650 personnes, élèves et professeurs confondus, qui l’ont pratiqué depuis six mois.

 

Ourlet architectural
Le CFA s’inscrit en lisière d’une forêt classée Natura 2000, à proximité immédiate du lycée Frédéric-Estève avec lequel les apprentis entretiennent des relations quotidiennes. Ces deux données poussent Hessamfar et Vérons à imaginer un bâtiment qui soit à la fois paysage et frontière – la ville n’ira pas plus loin – et à mener un travail sur l’espace public entre les deux équipements. L’édifice s’élève donc en retrait de la parcelle, dans la verdure, mi-existante mi-façonnée, qu’il prolonge par une vague verte et des boîtes en bois, les unes et les autres contribuant à « casser la silhouette et la rendre assimilable par la forêt ». Doté d’une structure poteau/plancher en béton, le CFA présente des façades à double peau fixées sur une ossature bois : un bardage métallique pour l’étanchéité habillé de tasseaux en pin des Landes® (cf. encadré). Horizontales sur les parties pleines, déjà striées à l’arrière-plan par les panneaux de tôle ondulée, les lamelles de bois forment des pare-soleil verticaux devant les ouvertures, ce tissage de lignes dessinant une composition aux vibrations infinies. L’inclinaison savamment étudiée des tasseaux, outre son aptitude à créer une finition impeccable des angles, assure l’écoulement des eaux tout en masquant les accroches des vêtures et les édicules techniques en toiture. À l’intérieur, l’élégance du mobilier d’accueil, dessiné par les architectes, est mise en valeur par une spatialité généreuse et une belle qualité de lumière.

 

Fiche tehcnique :
Maître d’ouvrage
: Chambre des métiers et de l’artisanat des Landes, SATEL moa mandataire
Maître d’œuvre : Marjan Hessamfar & Joe Vérons architectes associés mandataires, OTCE bet, Inddigo bet hqe, Cuisinorme cuisiniste, Sabine Haristoy paysagiste
Mission : loi MOP – EXE partielle – équipements de cuisine
Démarche : HQE
Montant des travaux 10 265 000 € ht
Surface : 6 404 m² shon
Phase : VISA DET – livraison nov. 2013

 

Texte : Delphique Desveaux
Visuels : © Arthur Péquin