VIEW, PARIS PAR BAUMSCHLAGER EBERLE ARCHITEKTEN

RÉALISATION

VIEW, PARIS PAR BAUMSCHLAGER EBERLE ARCHITEKTEN

Il est rare qu’un projet d’immobilier d’entreprise se fasse pionnier. Défricheur par sa localisation inaccoutumée dans l’est parisien – il est la dernière pièce de la Zac Porte des Lilas lancée en 1993 –, audacieux quant à son ouverture sur le périphérique et sa typologie oblongue et profonde, innovant pour les modes de vie au travail qu’il suscite, le bâtiment View fait la démonstration que l’architecture est un puissant vecteur de changement et de cohésion.

Milieu périphérique

En épousant la topographie du talus et du dénivelé, jouant avec les retraits imposés de la rue Paul-Meurice et déployant un mouvement organique le long du périphérique, l’agence Baumschlager Eberle parvient à répondre à la disparité des contraintes existantes pour générer des situations spatiales inédites. Plutôt que de résister et de se défendre vis-à-vis du périphérique, les architectes font le choix de l’ouverture, tirant parti de l’intensité urbaine et visuelle qui découle de ce flux lumineux et coloré que constitue cette ceinture métropolitaine. Le périphérique est donc abordé par les concepteurs comme un paysage.

De part et d’autre des deux noyaux contenant les circulations verticales principales, deux halls peuvent être dédiés à une seule entreprise comme à plusieurs © Luc Boegly

Les maîtres d’œuvre exploitent ainsi pleinement les quatre façades de l’édifice – chacune étant considérée comme principale – et n’hésitent pas à intégrer nombre d’espaces extérieurs. À l’ouest, ils conçoivent une grande façade ondulante et ouverte sur le périphérique, au moyen de larges panneaux de verre toute hauteur – certains étant protégés d’une maille métallique –, et ménagent des terrasses dans la continuité de certains plateaux. En partie basse, ils exploitent le talus du périphérique – lequel génère un niveau semi-enterré – pour y loger des services, la restauration d’entreprise ainsi qu’une salle à manger VIP. Les qualités spatiales dont profite ce vaste espace collectif très dégagé traduisent la radicalité du point de vue des architectes : un site n’est jamais hostile, à supposer qu’on le regarde en face. Cet entresol devenu évènementiel du fait de son exceptionnelle situation se prolonge par un jardin extérieur accessible. Espace contraint par excellence, il concentre tant de qualités spatiales qu’il donne à réfléchir sur de nouvelles formes d’habitabilité du périphérique si tant est que sa mutation soit initiée.

Le bâtiment View est précédé d’un espace public planté au sud, qui renforce cette volonté de traiter avec soin les relations du bâtiment à la ville et de favoriser de nouveaux usages. La place du Maquis-du-Vercors est ainsi aménagée de petits bancs et constitue une articulation opportune à l’est avec les bâtiments de la rue Paul-Meurice. Obéissant à un urbanisme à la parisienne avec ses retraits, sa forte densité et sa relative étroitesse, cette rue animée accueille un foyer de jeunes travailleurs, une maison d’accueil, un cinéma, des logements, une école, et plus loin, un gymnase et un tennis club. La façade est du bâtiment View est élevée sur sept niveaux et étendue sur 180 m. Pour en diminuer l’impression de monumentalité, les nez de planchers ont été bardés deux à deux, rompant ainsi avec la lecture normée et conventionnelle d’un bâtiment de bureaux, et jouant sur un impact visuel amoindri.

La place du Maquis-du-Vercors est aménagée de petits bancs et constitue une articulation opportune à l’est avec les bâtiments de la rue Paul-Meurice © Cyrille Weiner

Alternant des parties vitrées et des parties opaques en bardage aluminium, la façade est est aussi largement transparente mais rectiligne, ordonnancée, marquée par un socle et un attique. Elle profite également de terrasses filantes aux troisième, cinquième et sixième niveaux. Tels des trottoirs suspendus dans la ville, ces terrasses offrent des situations urbaines inédites. Elles permettent de se représenter mentalement l’entièreté de ce site complexe que représente le quartier de la Porte des Lilas et d’offrir des dilatations inattendues sur le lointain, le nord du Grand Paris (…)

Vue de la façade ouest
© Baumschlager Eberle Architekten

Fiche technique :
ADRESSE
: 33-65, rue Paul-Meurice, Paris
MAÎTRISE D’OUVRAGE : Crédit Agricole, Nexity immobilier, MOEX, Artelia
AMÉNAGEUR : PBA
MAÎTRISE D’OEUVRE : Baumschlager Eberle Architekten
DIRECTION STRATÉGIQUE : Anne Speicher
ÉQUIPE : Aline Aumont, Caroline Dessy, Keil Mc Conville, Nora Tahiraj, Sophie Peloux
ÉCONOMIE : GV Ingénierie
DÉVELOPPEMENT DURABLE : GreenAffair
STRUCTURE : Artelia
FLUIDES : Artelia
ACOUSTIQUE : Lamoureux Acoustics
SYNTHÈSE : Atelier Totem
SUPERFICIE DU TERRAIN : 4 522 m2
SUPERFICIE BÂTIE À RDC : 3 653 m²
SURFACE EN PLANCHER : 22 500 m²
BUDGET : 46 M€
CERTIFICATIONS : HQE, Effinergie +, BREEAM excellent

Texte Karine Dana
Photos Luc Boegly et Cyrille Weiner
Photo à la une À l’ouest, les architectes conçoivent une grande façade ondulante et ouverte sur le périphérique. En partie basse, ils en exploitent le talus © Cyrille Weiner

Retrouvez l’intégralité de la réalisation de View dans le daté Juillet-Aout d’Archistorm