CELC, Les Métamorphoses d’une fibre verte remarquable

Par Alexia Vincent

Designerbox36 by Philippe Nigro © D.R.

Premier textile développé par l’homme et fibre d’innovation depuis toujours, le lin porte les valeurs de simplicité, de pureté et d’authenticité largement plébiscitées par les créateurs contemporains. Fibre versatile par nature, sa pluralité séduit stylistes de mode (60 % des débouchés), décorateurs d’intérieur et stylistes maison (30 % des débouchés), mais également designers et industriels (10 % des débouchés pour une nouvelle génération de composites). Un showroom, le LINEN DREAM LAB, tout à la fois matériauthèque, filothèque et tissuthèque intégrées, est à leur disposition pour susciter quantité de projets créatifs et en adéquation avec leurs contraintes : un outil mis en place par la Confédération européenne du Lin et du Chanvre (CELC) pour afficher et affirmer les qualités et les propriétés techniques de cette matière ancestrale produite à 80 % en Europe ! Une exception qui réside dans la conjugaison subtile d’atouts géo-climatiques et de savoir-faire enracinés dans nos territoires. Des notions portées par la signature EUROPEAN FLAX®, visa qualitatif du lin fibre européen de qualité premium vers tous ses débouchés. Une traçabilité qui, lorsqu’elle intègre le 100 % Made in Europe, se labellise MASTERS OF LINEN®. Le designer Philippe Nigro, invité par la CELC, a réalisé une scénographie originale et grand public dans le cadre des D’Days 2016, et s’est dit séduit par cette fibre produite localement : « La fibre de lin est devenue porte-parole de produits synonymes de qualité, en réaction à une obsolescence programmée. Il est devenu essentiel, quand on manipule des matériaux en tant que designer, de ne pas mentir, ne pas tricher… Produire de façon juste, envisager le recyclage en respectant le matériau et l’environnement : c’est maintenant, c’est pour demain. »

Innolina FLAXCOMPOSITES © D.R.
Variana © CultureIN

 

Fibre éco-responsable par définition [Zéro irrigation, Zéro OGM], le lin produit Zéro déchet, chaque élément de la plante étant utile et utilisé ; fibres longues pour les textiles, fibres courtes pour le papier ou les feutres, graines et huiles pour les vernis, le linoléum (Tarkett)… La designer Constance Guisset, invitée quant à elle à concevoir des luminaires, s’impose avec malice une contrainte supplémentaire : travailler avec les différentes natures de lin, en versions peignée, comelée, aiguilletée, en multiaxial et en unidirectionnel, et même en version textile lin lavé. Pour cette créatrice, « la matière doit servir l’idée, elle doit avoir une valeur ajoutée visuelle, émotionnelle, presque intellectuelle. La matière sert l’existence de l’objet. En l’occurrence, si opter pour le lin est un choix responsable et intelligent, il n’est pas forcément nécessaire d’en faire la démonstration. Le lin est un merveilleux matériau, beau quand il est visible mais aussi fort quand il se cache. »

celcLe lin fait ainsi son apparition dans plusieurs secteurs d’activités sans que les usagers s’en doutent. Sa matière intègre la fabrication du matériel sportif (planche à voile, casques, ski) toujours en quête de plus de solidité, de légèreté et d’absorption des vibrations. Les industries automobile, navale et aéronautique y sont aussi sensibles pour les mêmes raisons. Reconnu comme parfait isolant thermique et phonique (laine d’isolation avec sa fibre libérienne cousine, le chanvre, sous-couches de parquet, parois agglomérées, dalles de plafond, toiles murales tendues), le lin fait aussi son entrée sur les chantiers de décoration. Plusieurs fabricants (Dominique Kieffer, Pierre Frey et Christian Fischbacher) le déclinent en mélanges qui répondent aux normes « non feu », dans un contexte d’hôtellerie haut de gamme. D’autres l’apprêtent pour l’outdoor (City linen d’Elitis endure tous types de conditions atmosphériques).

Élitis city linen © D.R.

En dépit de sa grande simplicité, le lin se révèle très performant en matériau composite. La fibre intervient en renforcement de l’amidon de maïs dans les pièces thermoformées. C’est une des dernières explorations et applications du lin en trois dimensions. VARIAN® est un matériau composite, hybride, léger et résistant, obtenu par l’assemblage de deux matières non miscibles : un tissu et une résine thermoplastique. En résultent des structures paravents autoportantes alliant souplesse, légèreté, transparence, aspect et toucher textile. Le produit INNOLIN© se présente quant à lui sous forme de panneaux de décoration à base de liège recyclé, sur lesquels vient se coller une toile de lin avec une résine à base d’amidon de maïs, sans formaldéhyde. Le lin entre ainsi dans la mise au point de bio-composites à haute performance, aux nouveaux débouchés innovants pour le design produit et l’habitat.

La fibre se réinvente aussi sur ses marchés traditionnels Mode et Décoration en optant pour différents types d’intégrations (maille de lin, lin lavé, impression digitale), papiers peints chez Very Fanny, Elitis, Pierre Frey, tapis sur mesure chez Secrets of Linen, et une gamme colorée élargie.

Qu’il soit visible ou invisible, le lin a démontré sa capacité à se faire oublier (jusque dans sa couleur). C’est là sa grande force pour constituer l’alternative durable tant attendue.

Rendez-vous sur leurs sites http://europeanflax.com/, http://www.ultralin.fr/

Visuel à la Une : MURNPEOWIE
Constance Guisset, 2016
Lampe sur pied
Format : 200 x 90 x 40 cm
Matériaux : Lin Lavé / Structure métallique / LED Société : Lemaitre Demeestere – Halluin (59)
©Constance Guisset