Fictions

ARCHITECTURE/INGENIERIE

« La prévision est un exercice difficile, surtout quand il s’agit du futur ! »

– Niels Bohr, physicien danois

 

9 octobre 2067, Paris, Station BH, 12e étage de l’espace de coworking et coliving du quartier du Marais (un ancien grand magasin reconverti en B.C.L.USES – Business-Cultural-Leisure), box numéro 12#GG 13.11.67 de Gaspard Guérand.

À 27 ans, Gaspard Guérand est un jeune tech-designer diplômé de l’Université d’Art et des Technologies de Saclay (ex-Polytechnique), où il a reçu un enseignement basé en grande partie sur des MOOCs[1] dans lequel matières techniques et humanités étaient intimement liées. En particulier, il a étudié la philosophie de l’architecture[2] et l’histoire des sciences avant de passer une année à Shanghai, dans l’université désignée première au classement THE (Times Higher Education). Il y a obtenu un MBA en Intelligence environnementale urbaine avec une spécialité en génie maritime, une discipline à la croisée des enjeux sociétaux majeurs en cette deuxième moitié du xxie siècle : 70 % de la population de la planète habite dans les villes, le réchauffement climatique s’est accéléré avec une température moyenne de + 3 degrés en 50 ans et une montée de près d’un mètre du niveau des océans nécessitant le déplacement de plus de 70 millions de personnes rien qu’en Chine, avec des perspectives de doublement de ce chiffre à l’horizon 2100[3].

Une loi de solidarité édictée suite à la flambée de violence du mois de mai 2058

Gaspard Guérand intervient depuis trois ans en tant que consultant au sein d’un LinkRhi (contraction de Link [lien] et Rhiz [rhizome]) auprès de grands groupes privés internationaux du secteur de la construction. Son contrat prévoit une durée de travail annuelle limitée à 7 000 heures en vertu de la loi de solidarité du 1er janvier 2059. Celle-ci a été édictée par le Conseil supérieur européen suite à la flambée de violence du mois de mai 2058 qui a balayé la plupart des grandes métropoles mondiales, mettant en péril un grand nombre de démocraties. Ces violences qui ont fait plus de 400 morts ont été en grande partie dues au phénomène d’exclusion du secteur du travail non précaire touchant près de 45 % des moins de 35 ans, du fait de la montée en puissance de la robotisation et de l’IA (intelligence artificielle) à partir de la fin des années 30.

Il a été jugé plus efficace de ne plus faire une distinction aussi franche entre les fonctions d’architectes et d’ingénieurs

Le jeune tech-designer participe à un projet de conception-réalisation de tours sur pilotis d’une hauteur variant de 370 à 620 m destinées à être implantées sur des zones submersibles à terme de la baie de Sydney. Son équipe est composée d’intervenants de neuf nationalités différentes répartis pour moitié entre art-designers et tech-designers (respectivement architectes et ingénieurs, comme on les appelait encore il y a une vingtaine d’années ; mais il a été jugé plus efficace de ne plus faire une distinction aussi franche entre les fonctions, avec la généralisation du BIM niveau 7 et des offres « clés en main » développées par de gigantesques consortiums de construction[1] qui intègrent toutes les compétences, de la conception à l’exploitation, ou sous-traitent partiellement à des Linkrhiz. L’activité en cabinet indépendant, tant pour les architectes que pour les ingénieurs – comme son père a pu la lui décrire –, n’existe pratiquement plus).

Salle HAK de la station BH (salon de coiffure à Valencia)

Une vague continue de cyclones en Europe entre septembre et décembre 2052

Vingt ans auparavant, il aurait encore dû multiplier les déplacements en avion. Mais leur nombre est désormais strictement contrôlé, conformément au programme mondial de limitation drastique d’émission des GES et du CO2 ; programme accepté par l’ensemble des nations du globe suite à la vague continue de trois mois de cyclones qui a touché le continent européen entre septembre et décembre 2052. Heureusement, la Station BH est équipée en salles HAK (Hologram Art Kit) et dispose du système de traduction instantanée ITCL+. Ainsi, Gabriel Guérand peut participer à toutes les réunions du projet comme si ses partenaires étaient présents autour de la table, et ce sans aucun obstacle en termes de langue. (…)


[1] En 2067, ils sont moins d’une dizaine dans le monde.

Texte et photos : Claude Labbé

Retrouvez l’intégralité de cet article au sein d’ArchiSTORM #87