AW²

PORTRAIT

ARCHITECTURE WORKSHOP²

 

 

Architecture Workshop2 a été créé en 1997 par Reda Amalou. Stéphanie Ledoux, collaboratrice de l’agence dès 1998 puis chef de projet après son diplôme à l’École spéciale d’architecture, en devient la co-associée en 2002. Depuis, les deux architectes parisiens construisent un parcours souvent hors des frontières de l’Hexagone et des sentiers battus.

Ce n’est pas une mais plusieurs graines que les deux associés continuent de faire croître en parallèle, et qui permettent à l’agence d’être performante sur des sujets et des programmes riches – l’hôtellerie de luxe, mais aussi les bâtiments de logements, les établissements scolaires, les équipements hospitaliers, les aménagements intérieurs –, construits dans le monde entier – 38 pays différents, de la Grenade au Vietnam en passant par la France –, avec des interlocuteurs variés. (…)

 

Tous les projets sont d’abord dessinés à la main par Reda Amalou et Stéphanie Ledoux

 

Loin de relever d’une stratégie, ce champ d’intervention étendu n’est que la conséquence des rencontres et des expériences du duo d’architectes. C’est ce parcours qui les a progressivement encouragés à proposer et valoriser leurs compétences pour traiter de toutes les échelles du projet, du paysage au design en passant par l’architecture d’intérieur. Cette manière de dessiner, les Anglais la disent « sans couture », nous rappelle Reda Amalou, qui a travaillé à Londres après avoir été formé à l’Université de East London. Une porosité des échelles qui assure aux architectes une meilleure maîtrise de leurs idées, allant parfois jusqu’à la conception du mobilier, et participe de la constitution d’une identité professionnelle éclectique. (…)

La partie « atelier » de l’agence regroupe tous les collaborateurs

Dans ces situations inédites, impossible en effet de se référer à quelque chose de déjà fait, de réutiliser, de s’installer dans une zone de confort qui parfois étouffe la création. La remise en question constante est donc le fondement de leur démarche de projet, et elle vaut pour toutes les échelles et les lieux. Il faut avoir un regard neuf et comprendre de la manière la plus fine possible un environnement méconnu en appréhendant toutes ses dimensions : culturelle, technique, géographique, sociale, etc. Il ne s’agit donc pas de s’intégrer à l’environnement mais bien de l’utiliser au mieux, d’en faire une ressource : idée et contexte sont ainsi constitutifs de la méthode AW2 pour inventer des espaces de qualité. (…)

 

La réflexion de Reda Amalou et Stéphanie Ledoux ne porte pas que sur leur démarche architecturale ; ils la mènent également sur l’organisation du travail dans leur agence et sa gestion. La structure et le lieu d’activité sont véritablement conçus comme un ensemble d’outils, « les plus pointus possibles », et visent à libérer les architectes et leurs collaborateurs « de tout ce qui n’est pas important pour s’immerger dans la recherche de la qualité ». Stéphanie Ledoux l’affirme, « l’efficacité veut dire libérer du temps pour la qualité » ; concevoir en liberté, voilà à la fois la vision et l’objectif communs à l’agence. (…)

Rue Pascal dans le 13e arrondissement de Paris où les bureaux des architectes sont installés depuis sept ans, les 350 m2 de l’agence reflètent bien la vision des deux associés. Au troisième étage de ces anciens locaux industriels du xxe siècle, originellement occupés par la fabrique de farces et attrapes Festa, les espaces lumineux, clairs et feutrés sont fluides et élégants, dessinés mais facilement interchangeables. Sur les murs périphériques, de multiples rangements toute hauteur ou disposés en partie basse des nombreuses façades vitrées viennent souligner un cadre de travail agréable, dont l’organisation interne peut évoluer. S’en dégage une atmosphère sereine, calme et propice autant au plaisir de travailler qu’à l’efficacité ; un mot, tout comme ceux de gestion, d’efficience, de performance, qui n’effraie pas les deux architectes. (…)

 

Texte : Maxime Decommer
Visuels :© Sami Trabelsi

Retrouvez la suite de l’article au sein d’ArchiSTORM #77