RÉALISATION I FREEDOM, PARIS PAR PCA-STREAM ARCHITECTES

RÉALISATION

FREEDOM, PARIS
PCA-STREAM ARCHITECTES

L’immeuble d’envergure, Freedom, est implanté au cœur du quartier de la Porte Maillot et à son extrémité nord-ouest, dans le XVIe arrondissement de Paris, la Porte Maillot étant la plus grande porte d’entrée de la capitale liaisonnant la place de l’Étoile au quartier d’affaires de La Défense. C’est dans ce contexte attrayant et dynamique que se déploie la restructuration lourde du bâtiment Freedom, orchestrée par l’agence d’architecture PCA-Stream.

Respecter l’existant et réécrire l’architecture

Pour l’architecte Philippe Chiambaretta, il était nécessaire de « faire muter l’architecture rationaliste » originelle, en la réinterprétant au moyen d’une écriture contemporaine, de préceptes architecturaux spécifiques et de matériaux adaptés, s’inspirant de l’ordonnancement rigoureux appliqué sur les façades de l’ouvrage. Or, ce bâtiment massif, bien que pourvu d’une véritable présence sur le boulevard urbain, pouvait être mal perçu, face aux hôtels particuliers d’une échelle moindre, situés à proximité. Son volume puissant et ses façades cartésiennes nécessitaient d’être revus et remaniés en conséquence pour mieux s’insérer dans le tissu urbain existant, tout comme ses espaces verts qui méritaient d’être redessinés.

Contraintes urbaines et extensions

Aussi, le projet, qui est assujetti aux contraintes urbaines liées au PLU, est implanté sur une unité foncière constituée de quatre parcelles, auxquelles sont attachées des surfaces d’Espaces verts protégés (EVP). Or, certaines de ces parcelles présentant des capacités d’extension ont pu être redessinées. De même, il a été possible de réaliser une extension du bâtiment en partie arrière (sud) et au centre de l’ouvrage, dans le respect du gabarit vertical imposé de 31 m et sur toute la hauteur de l’ouvrage, et sur une largeur de 20 m à compter de l’alignement, et dans la limite des EVP et servitudes. Ce projet étant considéré comme une opération de restructuration d’un bâtiment existant, un maximum de 50 % de ses surfaces de planchers en place pouvait être démoli. Couvrant à l’origine une surface totale de 15 000 m², le bâtiment épaissi passe à une surface de 17 500 m².

Les neuf étages de l’édifice bénéficient de nombreuses ouvertures en façade, notamment au sud, où se développent des coursives extérieures végétalisées.

Réorganisation et valorisation des espaces

Sur le plan des usages, la restructuration engagée par les architectes met l’accent sur la nécessité de réorganiser et rationaliser le fonctionnement des espaces internes, en y intégrant la notion d’évolution des besoins des utilisateurs. Auparavant dénué de vie, le rez-de-chaussée a été remanié pour devenir un lieu convivial, de détente et de rencontre, ouvert d’un côté sur la ville (nord) et de l’autre sur les espaces verts (sud) : il intègre divers services et offres de restauration contribuant à accroître le confort du lieu. Implanté à deux niveaux différents, ce socle, comptant plusieurs fonctions, est pourvu au sud d’un rez-de-jardin éclairé naturellement et ouvert sur les espaces verts. Au nord-ouest, se dresse, sur une double hauteur, un foyer assorti d’un auditorium de 150 places, alors qu’une circulation longitudinale dessert plusieurs salles de réunion et de coworking, ainsi qu’un espace lounge à l’est. Côté boulevard, le niveau du rez-de-chaussée est accessible par le « hall business » (nord) se prolongeant par une rue intérieure qui distribue un working café traversant, muni d’un office et de sanitaires, et un « café contemporain » également traversant (est) et équipé d’une cuisine. Donnant sur le jardin, un second hall, dévolu aux bureaux, s’accompagne d’un comptoir d’accueil et d’un espace lounge d’attente.

Favoriser la flexibilité spatiale

Quant aux huit étages de l’édifice, ils sont organisés de manière à offrir aux usagers d’amples plateaux de travail ouverts, modulables et flexibles dans le temps, les circulations étant optimisées. Ces espaces de travail ont en effet été conçus pour être à la fois fonctionnels et accueillants, afin de favoriser le travail en équipe et les échanges fructueux entre collaborateurs. Se développant sur un long linéaire (est-ouest), ils sont desservis par le noyau central de distribution leur permettant de bénéficier de nombreuses ouvertures en façade, notamment au sud, où se développent des coursives extérieures végétalisées. Plus concrètement, la largeur de 15 m du bâtiment (hors zone d’extension) a permis de créer une circulation décentrée au cœur du plateau tertiaire qui distribue de part et d’autre des zones de travail de 5,40 m et de 7 m de profondeur. À partir de multiples typologies d’aménagements projetés, les espaces créés peuvent être ouverts ou fermés, selon les desiderata des usagers et les fonctions assignées. En plus de la trame de façade de 1,40 m de large, les grandes dimensions de ces plateaux sont propices à une évolution fonctionnelle des lieux et à des changements futurs.

Une galerie vitrée « phare »

L’ajout en attique d’une galerie à double hauteur entièrement vitrée, qui est dotée de simples vitrages clairs fixés sur des montants métalliques calqués sur la trame originelle, permet de créer un lieu unique de déambulation, situé entre extérieur et intérieur. Ouvert sur la ville et l’environnement, cette galerie offre des vues panoramiques spectaculaires sur la canopée du Bois de Boulogne, la skyline de La Défense et bien au-delà. Elle donne, en pointe ouest de l’édifice, sur la salle du conseil également traitée sur deux niveaux. De plus, ce « bow-window » géant sert à marquer fortement l’ouvrage et son couronnement, et à renforcer « l’effet d’écran monumental » souhaité qui, à l’image d’un phare urbain, s’éclaire la nuit. Placée en retrait, la seconde façade vitrée ferme les bureaux et les isole du volume de la galerie. (…)

Texte Carol Maillard
Photos Jean-Philippe Mesguen

coupe longitudinale

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : AXA
Assistance à la maîtrise d’ouvrage / AMO : Vinci Immobilier
Maîtrise d’ouvrage d’exécution / MOEX : EGIS
Maîtrise d’œuvre : PCA-Stream architectes
BET Structure
 : EGIS
BET Façades : ELIOTH – EGIS
BET HQE : Green Affair
BET Fluides : EGIS
Acousticien et économiste : EGIS
Bureau de contrôle : BTP Consultant
Coordonnateur SPS : LM3C
Consultant sécurité : CSD Faces
Paysagiste conception : A&SE – Philippe Foulfoin
Éclairagiste extérieur : 8’18’’
Aménagement des bureaux : Tetris
Entreprise générale TCE : Léon Grosse
Avec les entreprises sous-traitantes suivantes : Façades : Aluman ; Menuiserie intérieure : Batimob ; CVCD : Optimal Solutions ; Électricité : Faucher ; Paysage : AEJ
Surface totale : 17 500 m²
Certifications : BREEAM 2015 Very good, HQE 2015 rénovation Exceptionnel, Well 2016 Silver, BiodiverCity Excellent, BBC Rénovation Cep projet <0.6 Cep ref
Coût : 44 M€ (marché signé)
Livraison : octobre 2020

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le daté mars – avril 2021 d’archistorm