SOHO ATLAS : Patinoire et équipements associés à Vaujany

Texte : Gabriel Ehret
Images : Soho Atlas

« Opération à tiroirs et tunnel »

Réaliser cet ensemble d’équipements n’a pu se faire qu’en enfouissant dans la montagne son composant majeur, la patinoire, mais aussi une route.

Ce qui frappe d’emblée dans le programme que lança la commune de Vaujany est son extrême complexité. La patinoire, imposante – 110 m sur 49 puisque à la piste de glace allaient s’adjoindre notamment 700 places de gradins –, devait prendre place sur un terrain en forte déclivité, tout en s’offrant de plain-pied à ses utilisateurs. Une route passait au beau milieu du site, et avec l’équipement sportif étaient prévus un appartement pour son responsable, un bowling, un restaurant, une garderie pour 60 enfants et des parkings de surface. S’ajoutait encore à cela le classement de l’endroit en zone sismique catégorie 1a (aujourd’hui catégorie 3), avec toutes les conséquences s’ensuivant en termes constructifs, plus un plan d’urbanisme communal demandant de reprendre le toit à double pente des fermes anciennes du cru, sans que la largeur des pignons excède 16 m.

Sur la base de ce programme, Vaujany, modeste village de la vallée de l’Eau d’Olle, dans le massif alpin de l’Oisans, organisa un concours d’architecture en 2010, en n’accordant aux concepteurs que deux ans pour réaliser la patinoire. De plus, la localisation de la route imposait de traiter celle-ci simultanément. Atlas remporta le concours avec la proposition d’enterrer la patinoire (comme le bowling), de sorte qu’elle puisse se présenter de plain-pied sans qu’il faille créer une plate-forme, au prix de terrassements considérables par leur volume et leur impact sur le paysage. C’est comme une bosse naturelle doucement courbée qu’allait engendrer cet ouvrage enfoui, sur lequel les terres rapportées se couvriraient d’une prairie d’alpage. Solution enterrée, et pour la mettre en œuvre, architectes ensevelis sous le travail : « Nous n’avons eu que trois mois pour déposer le PC, et pas plus jusqu’au DCE !, confie Cyril Bourmeyster. En ce qui me concerne, j’ai travaillé deux ans durant à temps complet sur ce projet. »

Faire disparaître la patinoire dans la pente a demandé d’excaver sur 20 m de profondeur au point haut de celle-ci, 3 m au point bas. Et l’arche ellipsoïdale par laquelle elle s’ouvre sur l’extérieur atteint 50 m de portée, pareil gigantisme étant toutefois contrebalancé par la façon dont l’arrière-voussure s’affine en progressant vers la clef de voûte. Les terres replacées dessus amplifient encore l’ellipse, l’on a vraiment l’impression d’avoir face à soi un tertre naturel, qu’un titan aurait percé d’un œil monumental. Cet œil permet aux sportifs sur la piste de glace comme aux spectateurs sur les gradins d’embrasser le paysage. Et telle une veine profonde, un tunnel placé derrière les gradins, dans l’axe longitudinal de la patinoire, assure le passage de la route (4,50 m de haut pour le tunnel, 90 x 7 pour la chaussée) ! Quant au bowling, il occupe le haut du crâne de la patinoire, puisqu’il a été inséré dans l’une des travées de la charpente métallique. La largeur nécessaire à ses quatre pistes ayant déterminé celle des travées : 7,60 m. (…)

FICHE TECHNIQUE

Maîtrise d’ouvrage : commune de Vaujany

Architecte :
Soho Atlas
Atlas (mandataire)

BET :
Egis Rhône-Alpes (structure, VRD, économie),
Artelia bâtiment et industrie (fluides, cuisine, SSI),
Equinoxe paysages (paysage),
Génie acoustique (acoustique),
Gli (OPC),
BET d’Eiffage pour l’EXE structure :
Groupe Delta (béton armé),
ESG (charpente métallique)

Surface plancher : 5 180 m2

Coût travaux : 16,1 M€ HT

Entreprises principales :
Eiffage (macro-lot génie civil, charpente métal et couverture étanchée des ouvrages enterrés),
avec Gagne (charpente métal) et Smac Carron (terrassements),
CMO (charpentes et bardages bois),
Inéo (électricité), Streiff (CVC),
3D Structures (production frigorifique et équipement patinoire)

Dates : Études 2010-2011 / Travaux 2011-2013

Retrouvez cet article au sein d’archiSTORM HORS-SÉRIE #27 !