EXPÉRIENCE HÔTELIÈRE I NOUVELLE (L)AT(T)ITUDE HÔTELIÈRE LANDSCAPE HØTEL 48° NORD À BREITENBACH, FRANCE PAR REIULF RAMSTAD ARKITEKTER ET ASP ARCHITECTURE

EXPÉRIENCE HÔTELIÈRE

NOUVELLE (L)AT(T)ITUDE HÔTELIÈRE
LANDSCAPE HØTEL 48° NORD À BREITENBACH, FRANCE
REIULF RAMSTAD ARKITEKTER ET ASP ARCHITECTURE

En 1932, Georges-Henri Pingusson révolutionnait l’univers de l’hôtellerie avec Latitude 43, « groupe touristique » de 110 chambres surplombant le golfe de Saint-Tropez. Quatre-vingt-huit ans plus tard, le Landscape Høtel 48° Nord — conceptualisé par l’architecte-paysagiste franco-danois Emil Leroy Jönsson, son propriétaire, et conçu par l’architecte norvégien Reiulf Ramstad — propose sous une latitude plus septentrionale une expérience hôtelière immersive (ou)vertement plus durable !

De la taïga laponne aux Vosges alsaciennes

En 2010, durant un trek de 15 jours en Laponie — dont 14 nuits sous la tente dans une nature préservée —, le jeune paysagiste alors âgé de 26 ans se met à rêver de huttes insolites où il aimerait pouvoir prendre des douches, des huttes un peu à l’image des rorbuer (cabanes de pêcheurs norvégiennes) découvertes lors d’un précédent voyage sur les îles Lofoten. À son retour, il choisit de transposer ce rêve dans les Vosges dont les massifs forestiers lui rappellent les paysages scandinaves. Au bout de deux ans, il jette son dévolu sur un coteau en lisière de forêt, en contrebas de la station Le Champ du Feu, d’où embrasser la splendide vallée de Villé. Ce coteau est situé sur la commune de Breitenbach (48° nord, 7° est). Emil Leroy Jönsson en rencontre par hasard le maire lors d’une conférence au CAUE du Bas-Rhin, à Strasbourg, et découvre que ce village est fortement engagé dans une démarche écoresponsable, à commencer par son agriculture à plus de 70 % biologique. Les démarches administratives et le montage financier prendront sept années supplémentaires. C’est donc un programme mûrement réfléchi qui sera soumis à Reiulf Ramstad. Connu du grand public pour ses architectures paysagères, entre autres sur la mythique Selvika National Tourist Route norvégienne, l’architecte a achevé en 2019 — à une trentaine de kilomètres de Breitenbach — le Chemin des carrières, aménagement des 11 kilomètres de l’ancienne voie ferrée entre Rosheim et Saint-Nabor.

Érigées au fait de la pente, les Tre Hytter aux allures de tours de guet muent leurs hôtes en vigies sur-naturels.

Hygge, Hytte, Hütte… Ceci n’est pas un hôtel

« 48° Nord, c’est la rencontre de deux passions, de deux cultures. La nature et l’architecture, le Danemark et l’Alsace, annonce en préambule Emil Leroy Jönsson. L’hôtel est un lieu de contrastes. Ouvert et intime, sobre et luxueux, design et naturel, vaste et menu. C’est un espace de liberté où chaque hôte se délecte du calme de la nature. Plus qu’un hôtel, c’est un univers où chacun prend le temps de vivre. »
Le concept élaboré par le maître d’ouvrage se réfère au hygge — terme danois désignant un certain art de vivre qui valorise les plaisirs simples du quotidien et tout ce qui procure bien-être et réconfort. L’art de se ressourcer. Reiulf Ramstad y a d’ailleurs vu « le dénominateur commun entre les cultures alsacienne et scandinave. Le projet architectural doit se fondre dans le paysage sans disparaître et montrer que la nature, l’écologie et la modernité sont compatibles. » C’est donc la nature qui s’emparera du bâti et non l’inverse. Des hytter — cabanes ou petits chalets danois, assez comparables aux Hütte alsaciennes — ont donc été préférées à un hébergement monolithique. Petites, légères, discrètes, parfois même démontables, construites sur pilotis pour ne pas perturber l’écosystème, 14 hytter ont subtilement été (par)semées à flanc de colline. Elles se déclinent en quatre typologies selon leur implantation « s’étageant » dans la pente.
Semblant sortir de terre, comme poussées parmi les herbes folles de la prairie, les quatre Grässe Hyttes sont les plus proches du bâtiment d’accueil et de restauration, en contrebas, et de l’idée courante de la chambre d’hôtel. De plain-pied côté colline, elles projettent leur loggia dans le vide côté vallée.
À la manière du lierre s’entremêlant aux branches des haies, les trois Eføy Hyttes épousent les courbes du coteau pour mieux se fondre au décor. Étroite, chacune se développe sur deux niveaux, telle une tiny house : une chambre à rez-de-chaussée où la lumière naturelle est tamisée par un claustra, et un séjour à l’étage s’ouvrant sur le paysage via une baie panoramique.
Aux allures de tours de guet élancées enracinées en bordure de bosquet, trois Tre Hyttes invitent leurs hôtes à séjourner entre terre et ciel, leur troisième niveau qui abrite le salon les propulsant à la cime des arbres environnants.
Enfin, quatre Fjell Hyttes hébergent les suites, sur la crête où elles se dérobent aux regards indiscrets tout en s’immisçant dans la végétation arborée. Outre la vue, elles offrent un sauna privé que complète un bain nordique extérieur sur l’une de leurs trois terrasses.

conçu comme une PassivHaus en contrebas du terrain, la maison commune abrite la réception, le restaurant et le spa, en partie en terrasse

Naturellement design

Mais quelle nature !
Dans cette commune Natura 2000, tous les villageois veillent à diminuer leur empreinte sur l’environnement et à préserver le bien-être de la faune et de la flore. Des haies y ont été réimplantées, des nichoirs déployés, des vergers renouvelés, des îlots de vieillissement en forêt créés.

Si quatre arbres ont dû être coupés pour la construction de l’établissement, mille autres y ont été plantés une fois le chantier terminé. Ni parpaings ni tuiles, juste des fondations a minima en béton. En dehors de cela, uniquement du bois local certifié et des toitures végétalisées. De la structure au parement, en passant par l’agencement, le bois est omniprésent. Issu des forêts communales, il a été scié et façonné dans les villages alentour, à moins de 30 kilomètres du site, qu’il s’agisse des tavaillons de châtaignier tapissant le bâtiment d’accueil, taillés dans un atelier d’insertion de Saverne, ou de la laine de bois assurant la bonne isolation thermique de l’ensemble.
Arbres fruitiers et potager alimentent en partie le restaurant en produits frais, biologiques et locaux, le reste venant des exploitations des environs immédiats. Même la cave est 100 % alsacienne. Seuls le thé, le café et le sucre sont « importés ». Le poivre, le chocolat et la cannelle ont donc été bannis par le cuisinier et la pâtissière !

À mi-chemin entre tours d’observation de la nature à l’état presque brut et sculptures menuisées évoquant les moais de l’île de Pâques fixant l’horizon sauvage, le Landscape Høtel 48° Nord constitue une séduisante invitation architecturale à l’évasion authentiquement responsable.

La salle de restaurant (et de petit déjeuner) joue la carte du bois sombre – voire brûlé – pour augmenter la lumineuse perception du paysage alentour, tout comme les menuiseries extérieures des hytter.

Fiche technique

Surface : 572 m2
Durée du chantier : 10 mois
Maître d’ouvrage : SCI Espace et nature – 48° Nord Hôtel
Maîtres d’œuvre : Reiulf Ramstad Arkitekter (conception), ASP (exécution)
Mobilier : Hay, Houe Woud, &Tradition

TexteLionel Blaisse
Photo 11h45
Visuel à la une 14 hytter parsèment en quinconce sur le coteau d’inhabituels mais respectueux totems menuisés

Retrouvez l’article sur le Landscape Høtel dans Archistorm daté septembre – octobre 2021.